COBRENORD

COBRENORD est une Organisation de Producteurs (OP) du secteur des pêches maritimes, reconnue au niveau Européen et Français. Elle dispose d’un agrément d’OP délivré par l’Etat Français sous le contrôle des instances Européenne, contrôlé tous les ans.

L’adhésion des bateaux de pêche professionnelle à une OP est volontaire et dépend du segment de flotte auxquels ils appartiennent mais également des espèces qu’ils ciblent (pêche d’espèces sous-quotas européens, produits de la mer connaissant des problèmes récurant de commercialisation, …).

L’OP COBRENORD a deux grandes missions fixées par la réglementation européenne et française :

La gestion de l’accès à la ressource pour les bateaux adhérents

Au niveau français, il y existe plusieurs OP réparties tout le long du littoral et certains producteurs font le choix de ne pas adhérer à ce type de structures.
L’OP gère les autorisations de pêche permettant aux producteurs de pêcher dans une zone bien précise avec un engin de pêche spécifique. Elle gère, également, les quotas et sous-quotas de pêche (quantité que l’on peut prélever dans une zone). Les quotas sont quantifiés par rapport à des évaluations scientifiques des stocks d’espèces commerciales établies par l’Europe pour ne pas remettre en cause la santé du stock. Ces quotas sont répartis par OP qui, ensuite, gère ces sous-quotas (quotas -> national, sous-quotas -> OP).
Dans le cadre de cette gestion des quotas, des échanges de quotas entre OP françaises ou OP européennes (certains sous-quotas ne sont pas pêchés et sont donc échangés avec d’autres OP) sont réalisés pour ajuster les possibilités de pêche des navires adhérents. Dans le cas d’un sous-quota limitant, l’activité des bateaux est par ricochet elle aussi limitée. Cette gestion des quotas par les OP permet d’étaler les prises tout au long de l’année et apporte une visibilité indispensable aux adhérents pour l’exploitation de leurs navires.
La gestion collective des autorisations de pêche par les OP permet également d’amener de la lisibilité aux bateaux adhérents.

La gestion de la première mise en marché, notamment sur les criées

Une fois le poisson capturé, comment le valorise-t-on? L’OP travaille, notamment, ur la prévision des apports pour que les mareyeurs (les premiers acheteurs) disposent du détail des captures le plus tôt possible afin de pouvoir valoriser au mieux ces dernières. L’OP travaille également sur la mise en place d’ordres d’achat c’est-à-dire des prix d’intervention. La criée fonctionne sur la base d’enchères descendantes aussi si cette dernière atteint le prix de l’ordre d’achat de l’OP, c’est elle qui devient propriétaire du lot de produits de la mer présenté à la vente. Il y a des périodes où les apports sont forts et la demande faible ou inversement. COBRENORD joue donc le rôle d’amortisseur : quand il part en mer, le producteur est assuré d’un débouché pour l’ensemble de sa pêche et connait les prix minimums auxquels elle sera commercialisée.

Pour valoriser au maximum les produits et ne pas faire concurrence aux mareyeurs, le poisson est :

  • soit transformé puis revendu à destination de la consommation humaine par des mareyeurs partenaires (filets, soupe, …)
  • soit revendu à la Fédération des Paniers de la Mer (le poisson est ensuite redirigé vers les PLM29, PLM35 et PLM62),  pour la consommation humaine,
  • soit revendu à destination animale (appâts, pet food,…).

L’OP favorise également le respect des normes européennes de commercialisation c’est-à-dire les tailles et les poids de commercialisation.

L’OP intervient sur de la promotion des produits de la mer par l’entremise de labels ou de marques collectives.

COBRENORD a développé des partenariats avec des mareyeurs et des transformateurs pour créer des débouchés. En 1995, à Saint-Quay-Portrieux, l’usine CELTARMOR a été créé pour transformer et valoriser la coquille Saint-Jacques et faire face à un problème de surproduction (ou mévente, cela dépend de quelle côté on se place). Un deuxième débouché a donc été créé : la noix de Saint-Jacques surgelée. Traditionnellement, la coquille Saint-Jacques était vendue exclusivement entière avec sa coquille (marché historique). Suite à ces problèmes de surproduction, COBRENORD  a réfléchi aux débouchés possibles avec le groupe LE GRAET (basé à Guingamp) et CELTARMOR est née.

Aujourd’hui, les captures de Saint-Jacques alimentent le marché du frais traditionnel mais une partie est transformée en noix de Saint-Jacques et commercialisée en noix surgelées ou fraîches.

Concernant les Organisations de Producteurs…

Chaque Organisation de Pêcheurs intervient sur une zone de reconnaissance déterminée selon son poids (volume de captures ou nombre de bateaux adhérents) et est ainsi reconnue au niveau européen.

Elle réalise :

  • des actions d’information de ces adhérents de la gestion et de la réglementation des pêches,
  • du lobbying au niveau des politiques sur des réglementations de Bruxelles,
  • la remontée des problématiques locales auprès de l’Europe.

COBRENORD représente 180 bateaux de 6 à 24 m dont 12 bateaux hauturiers de plus de 20 mètres (ciblant le poisson et les céphalopodes en haute mer en Manche ouest et Mer celtique) et des bateaux côtiers ciblant la coquille Saint-Jacques et pratiquant des métiers secondaires comme le chalut et le filet pour le poisson ou lees casiers pour les crustacés.

Tri et prix d’achat

Après un premier tri, fait par type de bateaux, la criée réalise aussi un second tri avec des critères ECPF (Espèce, Calibre, Présentation, Fraîcheur), sur la base d’une classification édictée par l’Europe … Cette démarche permet d’assurer la transparence du marché des produits de la mer.

A la vente, l’OP devient propriétaire, par défaut, des lots de produits de la mer quand l’enchère atteint le prix d’ordre d’achat déterminé par COBRENORD. Charge à elle de trouver des débouchés afin de valoriser ces derniers.

En chiffres

COBRENORD fédère 180 bateaux de pêche professionnelle pour les départements des Côtes d’Armor et d’Ille-et-Vilaine débarquant dans ces mêmes départements mais aussi à Roscoff et au Guilvinec pour les navires hauturiers.

A propos de l'auteur

Myriam Lorant
Myriam Lorant
Cheffe de projet Gaspillage Alimentaire
06 13 32 06 18